Carnet de route

Le Dôme de Miage

Le 23/11/2011 par webmaster

 

Ascension du Dôme du Miage.

Départ de Lorraine, au petit matin du 18 aout, notre groupe se compose de 7 personnes du CAF : Raymond, Paulette, Aymé, Jean-Paul, Annick, dont deux chefs de cordée, Jacques et Jacky.

Le premier objectif de cette escapade est l’ascension du Dôme du Miage, une arrête, aérienne et effilée.

Nous partons donc des Contamines (parking du Cugnon) à 13h. Il ne faudra pas trop tarder car le temps donné pour arriver au refuge des conscrits est de 5h30, 6h pour un dénivelé de 1400mètres. C’est un peu brutal pour une remise en route après la vie confortable passée en plaine.

Les premiers pas débutent sous la pluie et un ciel qui se noircit, décidément nous nous disons que le mauvais temps nous poursuit. Très vite cependant, le ciel s’éclaircit et c’est sous un soleil de plomb et une chaleur écrasante, malgré un sentier ombragé, que nous atteignons, deux heures plus tard le refuge de Tré la tête.

Une brève pause, puis nous repartons d’un rythme régulier, nos corps se réhabituent au sac à dos, aux efforts montagnards.

Quelques minutes après le refuge de Tré la Tête, nous entrons dans un univers réellement montagnard, un torrent s’engouffre dans une immense gorge rocheuse, la roche est merveilleusement ciselée et modelée par les éléments naturels ; C’est un plaisir que de  progresser dans cet univers. On ne peut qu’être heureux d’être là !

Puis nous descendons vers le glacier, qui nous procure un peu de fraicheur, mais nous devons évoluer dans la moraine et chercher notre itinéraire entre les cairns. A mon sens, c’est le passage le plus ingrat et le plus lassant de cette randonnée variée.

Après une heure trente passée sur le glacier, une paroi rocheuse se dresse devant nous. Son accès vertical est rendu possible par une série d’échelles, une dizaine environ.

Ces échelles permettent de nous faire gagner rapidement du dénivelé et d’atteindre plus rapidement notre but, car la fatigue commence à se faire légèrement sentir. Mais le refuge n’est toujours pas en vue. Nous continuons donc de monter, quand à un détour, le voilà enfin, le Conscrit. Il nous faudra environ 45mn encore pour pouvoir nous y réfugier et profiter d’un bon repas, et d’un sommeil réparateur. Cependant l’équipe semble en forme, avoir un bon moral et une réelle motivation.

 Le lendemain matin, samedi 19 aout, le réveil sonne à 3h45, une heure après, nous commençons à marcher tranquillement dans les rochers. Les frontales permettent de retrouver l’itinéraire à suivre et de repérer le chemin et les cairns. La nuit a été bien douce, presque chaude, il n’a donc pas gelé, nous espérons que les conditions de neige ne seront pas trop mauvaises. La marche d’approche vers le glacier est assez longue, très peu de neige subsiste. Certains passages sont un peu glacés, il faut poser ses pieds avec assurance.

Enfin, nous arrivons au glacier, nous nous encordons en deux cordées et cramponnons. A présent nos vies seront liées jusqu’à la fin de la course. Nous voilà d’autant plus soudés et solidaires l’un de l’autre. Il nous faut zigzaguer et chercher notre itinéraire entre les nombreuses crevasses. La vigilance est de rigueur et les cordes doivent impérativement être tendues.  Paulette et moi-même, nous enfonçons chacune notre tour dans ces pièges, mais nous ne descendons pas plus loin que les genoux et ressortons à plat ventre.

La progression est régulière, tout le monde se sent bien, quand enfin nous approchons de ces dômes (qui se situent à 3600m) tant convoités, il ne reste plus que 200mètres. En face de nous le paysage est grandiose, la vue est ouverte sur l’arête de Bionnassay, le Gouter et bien sur  le Mont Blanc tant rêvé (l’objectif du groupe qui a pour ambition de le gravir dans les jours qui suivent).

Puis 200 mètres plus haut, nous voilà au pied de l’arête effilée, tentante et effrayante, raide et courbée.

Nous avançons dans de bonnes conditions, la neige est assez dure, nous avançons doucement assurant bien chaque pas, concentré, car des deux cotés c’est le vide, mille mètres de vide ….nous n’avons pas droit à un faux pas. Mais il suffit de ne pas y penser et d’avancer assurément. La vue est splendide, le blanc contraste avec le vert du fond de la vallée. L’arête se dirige vers le ciel, nous érige nous, petits êtres humais insignifiants, dans ces hauteurs splendides.

A la descente la concentration s’intensifie encore, car c’est toujours un peu plus délicat que la montée. Tout se passe bien, sans embûche. Nous sommes heureux, seuls au monde, dans ces éléments blancs et écrasants.

Pause au col de la Bérengère, avant que nous attaquions son ascension rocheuse puisque tout le monde se sent bien et motivé. Après la neige, un peu d’escalade en nature fait de cette ascension une course variée.

En revanche la descente de la Bérengère est plus délicate. La roche est moins stable. Un passage glacé fait obstacle, il faut descendre dans un passage pourri, où la glace s’effrite, les crampons ne tiennent pas bien. On glisse. Pour plus de sécurité, et moins de crainte, nous descendons assurés, les pieds en position « dix heure dix ».

Le dernier obstacle franchi, nous nous désencordons .La descente continue dans les rochers, c’est moins délicat, mais la fatigue commence à se faire sentir après  dix heures d’ascension. Entre les rochers, des bassins d’eau turquoise nous donnent envie de nous baigner et de relaxer nos muscles et nos pieds bien sollicités.

Enfin, nous arrivons au refuge. Mission encore une fois accomplie pour le caf de Moselle, et surtout grâce à ses bénévoles, Jacky Kalis et Jacques Magnien qui ont ouvert les portes de la montagne à 5 cafistes motivés et désireux de découvrir un nouveau sommet.

 Le lendemain, dimanche 20 aout, le groupe redescend aux Contamines, pour monter au refuge de Tête rousse afin de réaliser l’ascension du Mont blanc. Cette ascension sera guidée Par Jacky Kalis (qui a déjà réalisé l’ascension 16 fois) alors que pour la quasi-totalité  du groupe il s’agit d’une première. L’ascension est réussie le mardi 22 aout.

 







CLUB ALPIN FRANCAIS MOSELLE
1 RUE DU COETLOSQUET
57000  METZ
Contactez-nous
Tél. 03 87 69 04 39
Permanences :
mercr vendr 15:30-18:30
Activités du club
Agenda