Carnet de route

Ski de randonnée à la Grave

Le 07/03/2021 par Laurent Hesse

Nous voilà enfin partis histoire de nous extraire un peu de ce climat ambiant anxiogène depuis un an.
Notre destination sera La Grave où l’altitude du col du Lautaret nous permettra de trouver de la neige dans les pentes orientées sud. En effet l’enneigement est déficitaire sous 1600 m après ce début de printemps précoce.

Jour 1 : Pic  Blanc du Galibier et Col Laurichard (D+ 1600 m / difficulté pente 2.2)


Nous sommes les premiers au parking ce matin mais d’autres voitures arrivent dans notre sillage. Le départ pique un peu car très vite je m’engage dans un verrou étroit encore gelé qui nous obligent à mettre les couteaux. En fait, il ne s’agit pas de l’itinéraire de montée classique mais nous avons « la patate » pour nous affranchir de cette difficulté. Ensuite nous rejoignons la trace de montée habituelle de cette course. La météo est magnifique et le pic blanc qui se dévoile devant nous porte bien son nom sous ce ciel inondé de lumière. Au bout de trois heures de progression nous arrivons au sommet après avoir franchi une dernière difficulté raide. 
Nous restons quelques minutes pour contempler ce panorama, le premier de la saison…La descente est agréable alternant passage en neige dure portante et neige fondue avec sur la fin une variante d’itinéraire un peu technique. 
Petite pause déjeuner et nous repartons depuis le col du Lautaret vers le massif des Combeynots pour atteindre notre deuxième objectif : le col de Laurichard.
La progression s’effectue rapidement et nous dépassons un groupe de skieurs qui a le même objectif que nous. Arrivés sous la pente finale 50 m en dessous du col, je m’aperçois que la neige a déjà bien fondu du fait de l’orientation sud de ce passage. Je préfère en rester là et entamer la descente vers le Lautaret. Je m’arrête quelque instant auprès d’un skieur solitaire apparemment épuisé par son ascension et l’encourage à attendre ses collègues qui sont encore au col. Ce qu’il fit d’ailleurs. La neige est toujours très dure dans les endroits abrités et raide. C’est un régal d’envoyer un peu avec des skis accrocheurs…Peut-être un peu trop par moments et notamment dans la dernière pente où je me fais surprendre par une petite zone en neige croutée qui m’envoie assez violemment au sol et dans une longue glissade. Mon épaule gauche me le rappelle encore au moment où j’écris ces lignes. Plus de peur que de mal finalement et nous rentrons au gîte pour débriefer un peu autour d’une bonne bière.


Jour2 : Pic des trois Évêchés par le col du même nom (D+ 1180 m / difficulté pente 3.3)


Ce matin au parking la météo a bien changée et c’est sous un ciel menaçant, des températures glaciales et un vent fort soufflant en rafales que nous entamons notre ascension. Le vallon de Roche Noire que nous empruntons est parallèle à celui de la veille mais le linéaire de la course sera bien plus long. La pente se redresse parfois mais c’est de nombreux replats qui nous attendent avant d’être au pied du pic. Au bout de 2h30 de progression, nous sommes devant notre objectif. Il nous propose une pente bien raide en neige glacée malgré une exposition SE favorable mais sans soleil. Il nous reste 300 m de dénivelé pour atteindre le col avec un itinéraire bien tracé. A 50 m sous notre objectif, Philippe me rappelle que la descente ne sera pas une partie de plaisir compte tenu de la qualité de cette neige. En conséquence de quoi, je préfère interrompre notre progression. Je sens l’inquiétude chez Philippe qui sort son piolet et entame la descente en dérapage. Deux skieurs venant du col arrivent dans ma direction et je les laisse passer. Je m’aperçois qu’ils prennent une ligne plus à gauche. La neige y est toute aussi dure mais plus homogène et plus lisse. Je leur emboite le pas et mes skis accrochent très bien la pente. Finalement je prends un grand plaisir à skier cette pente jusqu’ a rejoindre le premier replat. C’est par moment jour blanc et il devient difficile de distinguer le sol malgré la pente peu soutenue. Nous rejoignons le parking au bout d’une heure de descente et rentrons au gîte pour nous mettre à l’abri. Belle journée quand même.

Jour3 : Roche du Vallon par le refuge du Goléon. (D+ 1000 m / difficulté pente 2.2)


Ce matin direction le hameau de Valfroide à quelque kilomètre de la Grave. La route n’est pas ouverte jusqu’au bout. Par conséquent nous devons effectuer une petite marche, ski sur le sac, pour commencer à les chausser. L’itinéraire est assez plat au départ avant de buter sur plusieurs cônes de boules de neige glacés résultat de nombreuses avalanches dans ce secteur. Leur franchissement à pied est pénible et nous fait perdre au moins une heure sur l’horaire. Le deuxième obstacle se présente devant nous. Il s’agit d’un imposant verrou qu’il faut maintenant franchir pour atteindre le refuge du Goléon. La trace est bonne mais la pente est raide. Encore une heure et nous atteignons le refuge où nous faisons une petite pause. Notre souhait de départ était de nous rendre au col Lombard à droite de l’aiguille du Goléon mais la face du col a déjà trop pris le soleil. 
Plan B : sur une idée de Philippe nous bifurquons à main gauche pour tenter une boucle pour le retour à Valfroide. Peu avant d’atteindre la Roche du Vallon nous croisons une équipe de skieurs qui vient de monter depuis Valfroide par cet itinéraire. Ils nous confirment la validité de cette idée de rejoindre le hameau par une boucle. Il fait beau et le manteau commence déjà à se liquéfier. 
Sans perdre de temps nous entamons la descente avec vigilance tout de même pour rejoindre la voiture et rentrer au gîte.


Merci à Philippe de m’avoir accompagné pendant ces 3 journées de ski malgré toutes ces contraintes. La montagne nous a tellement manquée… 

CLUB ALPIN FRANCAIS MOSELLE
1 RUE DU COETLOSQUET
57000  METZ
Contactez-nous
Tél. 03 87 69 04 39
Permanences :
vendredi 15:00-18:00
Activités du club
Agenda